Comment réussir une mission d’interprétation simultanée ?

Comment réussir une mission d’interprétation simultanée ?

Contrairement à ce que pensent certaines personnes, l’interprétation simultanée n’a rien à voir avec la traduction. Effectivement, il s’agit de deux disciplines complètement différentes. Dans tous les cas, les missions à accomplir nécessitent beaucoup de savoir-faire ainsi qu’une préparation sérieuse. En clair, le professionnel doit donner le meilleur de lui-même pour éviter tout soupçon du public. Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de son côté.

Faire une préparation soigneuse

La première règle d’or à respecter en interprétation simultanée est de bien se préparer avant de passer à l’attaque. En effet, il n’y a pas de place pour l’improvisation dans le monde impitoyable du business. Plus concrètement, il est obligatoire de suivre les actualités mondiales ainsi que des dossiers importants. L’objectif est de développer ses connaissances dans le domaine de l’interprétation et d’assurer la bonne compréhension du sujet à aborder durant la mission. Il convient donc de regrouper toutes les informations (culturelles et bibliographiques) relatives à la réalisation de la tâche. Pour mener à bien son travail, l’interprète à tout intérêt à utiliser des documents officiels, au lieu de se contenter des sources publiques.

Bien entendu, un interprète doit avoir une maîtrise absolue des langues étrangères pour accomplir la mission qu’on lui a déléguée. Pour prouver son professionnalisme, il doit avoir la capacité de traduire une phrase de manière naturelle. Il convient d’ajouter que certaines personnes (les plus exigeantes) détestent les accents. En d’autres termes, les interprètes capables de parler couramment plusieurs langues étrangères sans accent sont toujours privilégiés par les organisateurs de conférences. Ils doivent être, par ailleurs, aptes à pratiquer la langue diplomatique (écrit et oral) dans toutes les nuances. Afin d’éviter les blocages lors d’une séance d’interprétation simultanée consécutive, il est fortement conseillé de lister les vocabulaires spécifiques. L’interprète pourra ainsi construire des phrases brèves et fluides plus facilement.

Utiliser des équipements de bonne qualité

Il est important de s’équiper d’outils performants pour réussir une mission d’interprétation simultanée. Autrement, la qualité de la prestation de la prestation serait médiocre. Il est tout simplement impossible de traduire des phrases (complexes et longues) avec des écouteurs de mauvaises qualités. D’un point de vue concret, si le sonne ne parvient pas aux deux oreilles, la communication sera impossible. Pour cela, il est préférable d’utiliser des écouteurs monos (et non stéréos) pour mener à bien des missions d’interprétation. En général, les interprètes professionnels préfèrent les écouteurs sans rembourrage. Ils doivent aussi se munir d’un potentiomètre individuel pour assurer la qualité de la prestation proposée. En tout cas, il ne faut pas hésiter à solliciter un service d’interprétation simultanée en cas de besoin.

Inutile de rappeler qu’il est indispensable d’avoir des compétences en matière de communication pour occuper le poste d’interprète. Mais il ne pourra pas accomplir sa mission s’il est submergé par le stress. Au début de son carrière, un professionnel spécialisé dans ce domaine ne parvient jamais à dormir à la veille d’une conférence importante. Et pourtant, un manque de sommeil peut nuire à la qualité de l’interprétation. Pour éviter le pire, il faut apprendre à résister au stress et au trac en respirant de manière normale. Bien sûr, si les cabines d’interprétation sont bien ventilées, il pourra travailler dans les meilleures conditions.

Faire un commentaire

Commentaires modérés. Aucun lien ne sera publié

*